A lire : Le chemin des fleurs

PINTOKONA © 2010 Ako SHIMAKI / Shogakukan Inc.

PINTOKONA © 2010 Ako SHIMAKI / Shogakukan Inc.

Le chemin des fleurs (ou hanamichi, et oui je ramène ma science) est le nom donné à l’élément de la scène qui traverse le public pour permettre aux acteurs de kabuki d’entrer et de sortir de scène. C’est également le nom de ce manga aussi intéressant que passionnant. Intéressant parce qu’il nous permet de connaître un peu mieux ce théâtre traditionnel si loin de nous, occidentaux, avec ses codes très stricts mais aussi sa capacité à séduire un public jeune grâce au taishū engeki, un kabuki moins austère.

Voilà donc l’histoire : un triangle amoureux avec Kyônosuke (héritier d’une lignée d’acteurs de kabuki longue comme le bras mais qui se repose depuis trop longtemps sur ses lauriers) qui aime Ayame, jeune fille pauvre mais courageuse (oh le cliché !) passionnée par ce théâtre, laquelle aime Ichiya, jeune acteur talentueux mais sans le pédigrée de Kyônosuke (et apparemment ça compte beaucoup pour réussir dans ce milieu). Ichiya, quant à lui aime, …, on ne sait pas trop, même s’il se prétend amoureux d’Ayamé. Ouf ! Vous avez suivi ?

Le triangle amoureux se double donc d’un duel d’acteurs d’abord pour le cœur de la belle mais très vite par orgueil et passion pour le kabuki (les hypocrites va !)

En plus, au hasard d’une pièce qui les réunit, on va se trouver face à une situation très particulière, mais je n’en dis pas plus.