A lire : Kaikan phrase

kaikan_phrase_01 Pour une fois, je ne vais pas vous dire que les histoires amoureuses de ce manga sont trop sages pour des occidentaux. Non, ce shojo que l’on nomme parfois « mature », n’est pas une bleuette insipide. Alors que, dans les autres mangas aux pitchs similaires, les protagonistes sont d’une timidité amoureuse maladive, pas de cela ici ! On s’embrasse franchement (et plus si affinités, biiieeen plusss !)

L’héroïne, 17 ans, suite à une série de coïncidences, va se retrouver parolière de Lucifer, un groupe de rock torride aux chansons très hot et tomber amoureuse du leader. Seulement pour qu’elle lui écrive des chansons suffisamment lascives, Sakuya, le chanteur, (image ci-contre) a une technique très particulière.

Jusqu’ici tout va bien mais j’avoue avoir quelque doutes sur la santé mentale du staff et de la production du groupe quand, pour un clip, le chanteur (mineur) se retrouve à tenir dans ses bras une lycéenne en culotte (et juste ça).

BLANC … réflexion … REBLANC …

Aucune des personnes (responsables) présentes lors du tournage ne semble se soucier de la jeunesse des protagonistes, de la morale publique pourtant si chère aux japonais, de l’ACCORD PARENTAL ?????!!!!!!!!!!!

Bon, je me calme.

Mis à part quelques bizarreries de ce genre, il faut quand-même vous dire que les interludes torrides comptent ici pour environ 80% des planches. Si cela ne vous perturbe pas, alors ce manga devrait vous plaire. La raison de la présence de ce titre dans la sélection est évidente, cependant la prochaine fois que je demanderai un peu plus de réalisme dans les histoires d’amour, vous n’aurez qu’à me dire : Kaikan !

Preuve qu’il faut se méfier de ce que l’on souhaite !