A lire : Le gourmet solitaire

Avis aux amateurs de bagarres (encore que), de scènes torrides, de sabres-laser et autres joyeusetés mangatesques, passez votre chemin !

gourmet-solitaire-sakka-castermanIci il n’est question que de nourriture et de la meilleure façon de s’en procurer au Japon voire à Tokyo. J’insiste sur le terme procurer car notre héros ne met jamais les pieds dans une cuisine. Lui, tout ce qui l’intéresse, c’est de manger, de préférence pour un prix intéressant mais il ne lui viendrait même pas à l’idée de préparer quelque chose. Il ne prend même pas la peine de réchauffer quelque chose lui-même !

Dis Rika tu pourrais lâcher ton quart d’heure féministe et revenir au manga ?

Bon, vous avez raison. C’est un one shot (encore qu’on parle cette année d’un second tome au Japon) qui est au manga culinaire ce que Dragon ball est au shōnen : un monument ! L’auteur (Jirô Taniguchi tout de même) est paradoxalement presque plus connu en France qu’au Japon. Son gourmet erre dans les rues de Tokyo, à Osaka, dans les trains et n’a finalement qu’un seul but dans la vie : manger. Il analyse chacun de ses repas, philosophe sur le temps qui passe et le goût des aliments. Oui me direz-vous, mais où cela nous mène-t-il ? Nulle part, justement ! On pourrait croire que cela va nous ennuyer et ben non ! On referme le livre en ayant une furieuse envie d’aller manger japonais mais surtout avec un certain apaisement. En y repensant, beaucoup de personnes vivant depuis longtemps dans une ville peuvent aussi faire un plan, quartier par quartier avec leurs restaurant préférés. Cela a le mérite d’être bien plus intime et intéressant que d’énumérer des monuments.

Pour ma part, je vous laisse sur cette réflexion, je pense que je vais aller flâner dans Lyon pendant quelques heures et, qui sait, peut-être trouver un endroit pour manger quelque chose ?