A Lire : Blue Blood Gears

© by HANAO Kôei / Shôgakukan

© by HANAO Kôei / Shôgakukan

Et si robot rimait avec magie ? Bon d’accord, ça rime pas vraiment. Mais il faut bien avouer qu’on voit de drôles de robots dans ce manga.

Goro est un prince dans un pays où tous les habitants ont le sang bleu…littéralement. Cette particularité s’accompagne d’une autre. Comme certains sangs bleus, Goro est capable de maitriser le « fluide », une mystérieuse matière que produit son corps et dont il se sert pour donner vie à de merveilleuses machines, les hagurumas.

Heureux d’être utile à son père le roi, Goro construit énormément d’hagurumas sans savoir que ceux-ci servent à détruire l’autre peuple existant en ce monde, les « autres », ceux qui ont le sang rouge.

Un jour qu’il rencontre une sang rouge, il est attaqué par l’une de ses propres créations et comprend enfin qu’on s’est servi de lui. De colère, il détruit sa précieuse machine et est arrêté et jugé comme traitre par son propre père. Parvenu à s’enfuir, il rejoint les sangs rouges pour détruire une à une ses hagurumas, machines qu’il considère comme ses enfants.

Rejoignez un monde de fantasy où la machine n’est pas le produit de la science mais d’une certaine magie…

Projection : Ma vie avec un robot. Jeudi 2 mars 18h30 Salle de conférence

Anjelica voit un jour arriver un drôle de petit bonhomme dans sa vie. Nao ne mesure que 98 cms mais il va prendre une place très importante dans sa vie. D’autant qu’Anjelica va se lancer dans un tour du monde (pas en 80 jours cependant) des robots.

Un robot NAO en 2014.

C’est un documentaire passionnant et, bizarrement attendrissant. Alors tombez sous le charme du petit Nao, vous ne serez pas les premiers !

voici la bande-annonce :

https://vimeo.com/124602124

A voir : Appleseed α

© by Sony Pictures Animation / Sony Pictures Entertainment

© by Sony Pictures Animation / Sony Pictures Entertainment

Pour ceux qui espéraient un troisième opus à la trilogie…ben c’est raté. Appleseed Alpha n’est PAS la suite de Appleseed et Appleseed Ex Machina. Ça pourrait…mais non. Toujours basé sur le manga de Masamune SHIROW et réalisé par Shinji ARAMAKI mais l’histoire n’est plus la même.

Plus proche de l’histoire originale, le film raconte la quête de Deunan et Briareos, déjà ensemble, cherchant à trouver la ville utopique d’Olympus tout en essayant d’échapper à des seigneurs de guerres cyborgs et des crapules robots.

Un film tout nouveau avec des graphismes tout nouveaux à couper le souffle…encore plus qu’avec le premier Appleseed !! (faut le faire)

A voir : Roujin-Z

© 1991 TOKYO THEATERS CO., INC•KADOKAWA•SHOTEN PUBLISHING CO., LTD•MOVIC CO.,LTD•tv asahi•Aniplex Inc

© 1991 TOKYO THEATERS CO., INC•KADOKAWA•SHOTEN PUBLISHING CO., LTD•MOVIC CO.,LTD•tv asahi•Aniplex Inc

La machine ne remplacera jamais l’humain…à moins que la machine ne devienne elle-même humaine.

C’est la morale de cette histoire.

Dans une société en plein vieillissement, Kijûrô Takazawa est désigné volontaire pour être le cobaye d’une merveille de la technologie, le lit robot Z-001 pourvu d’un ordinateur surpuissant, qui peut s’occuper de tous les besoins des personnes âgés sans qu’une présence humaine constante ne soit nécessaire…bref, ils tentent gentiment de se débarrasser des vieux et des problèmes qu’ils causent (selon eux).

Haruko, l’infirmière qui était bénévole pour s’occuper du vieux monsieur Takazawa se rend compte à quel point c’est déshumanisant et décide de libérer le vieux monsieur qui l’appelle à l’aide depuis son lit.

La manière forte ne marchant pas, elle décide de demander de l’aide à de vieux hacker pour s’introduire dans le programme pour aider le vieil homme. Quelque chose ne marche pas bien et le lit prends vie et, obéissant au désir de monsieur Takazawa de revoir la mer, sort dans la rue et cause d’énormes dégâts.

Ce film nous montre que l’humain veut confier de plus en plus de tache aux robots. Après lui avoir confié son travail pour s’en débarrasser, il lui confie ses semblables aussi pour s’en débarrasser. Ce film parle d’un lit de vieillesse automatisé mais il aurait pu tout aussi bien parler d’un berceau mécanique ou d’un robot nourrice. Les hommes ne veulent plus s’occuper de ce qui le gène, l’ennui, l’énerve…alors il le confie aux robots.

Généralement ça leur revient dans la g…figure.

Ateliers de robotique mardi 28 février : Pepper, Nao et Poppy sont de sortie !

C’est les vacances (enfin pour les scolaires car nos valeureux étudiants sont de retour) ! L’occasion idéale de venir voir nos chers amis avec les bambins. Bien sûr, l’atelier permettra à nos étudiants et collègues d’en apprendre plus sur les robots mais avouez que, vous aussi, vous craquez sur leurs minois, non ?

Résultat de recherche d'images pour "pepper robot"

l’atelier se passe dans le hall de la BU Sciences à partir de 12h15 .

Atelier Pepper et Nao, qu’est-ce qu’un robot compagnon ? avec la société Hoomano
Atelier Découverte du contrôle d’un robot à travers la plateforme Poppy avec Roboticia.
Un robot, comment ça marche ? Comment peut-on le programmer ? Découvrez le fonctionnement d’un robot et venez programmer des comportements utiles ou simplement amusants sur nos différents robots pédagogiques !

Venez nombreux et recevez un badge à mon effigie !

Rika

 

A Lire : Demokratia

DEMOKRATIA © 2014 Motorô MASE/SHOGAKUKAN

DEMOKRATIA © 2014 Motorô MASE/SHOGAKUKAN

Et si on donnait à un robot non pas un cerveau mais 3000 cerveaux ? 3000 cerveaux humains qui décideraient démocratiquement des actions du robot.

C’est le pitch de ce manga.

Taku Maezawa, un élève en ingenierie, et Hisashi Iguma, spécialiste en robotique, construisent ensemble Maï. Son l’intelligence artificielle est régie par un réseau social de 3000 personnes, recrutées au hasard sur le web, qui décident à la majorités des faits et gestes de Maï. Elle est donc le creuset d’un savoir commun, d’une convergence…mais cette expérience peut aussi révéler, qu’à l’épreuve du monde réel, démocratie n’est pas toujours raison…

Demokratia dénonce certaines des dérives de notre société car une fois mise en route, Maï doit effectuer toutes les actions que décide la majorité.

C’est une réflexion sur notre usage des réseaux sociaux et aussi un questionnement sur les forces et faiblesses de la démocratie, le type de gouvernement que partagent de nombreux états de nos jours…

A voir : Vandread

© by GONZO / AB Video

© by GONZO / AB Video

La guerre des sexes vous connaissez ? Et bien vous n’avez encore rien vu !

Dans cet anime, cela fait cent ans qu’homme et femmes vivent sur des planètes séparées et se font la guerre. Ils en ont même oublié qu’ils vivaient ensembles avant.

Hibiki, un jeune homme un peu mal dans sa peau et qui veut trouver sa place dans le monde se retrouve passager clandestin dans le dernier vaisseau de guerre des Hommes. C’est à ce moment-là qu’ils sont attaqués par des femmes pirates. Beaucoup d’hommes parviennent à s’enfuir mais d’autres sont capturés et évacués par les navettes de sauvetage. Hibiki, lui, se retrouve coincé à bord, poursuivi par une jeune fille dynamique du nom de Dita qui le prend pour un extraterrestre.

Alors que les autorités masculines décident de détruire le vaisseau en y envoyant un missile, le mysterieux cristal qui sert de source d’énergie au vaisseau réagit et téléporte tout le monde loin de l’explosion. Hibiki, Dita et deux autres femmes se font engloutir par lui alors que les deux vaisseaux, celui des hommes et celui des femmes se retrouvent fusionné et loin, très loin de leurs planètes.

Lorsqu’ils se réveillent, Hibiki, Dita, Meia et Jura sont différent. Ils ne savent pas encore comment mais cela va les aider à vaincre un nouvel ennemi, celui des Hommes et des les Femmes.

C’est un animé étrange, un peu bizarre mais dont les personnages sont si attachants qu’on leur pardonne tout. Chacun recherche sa place dans le monde, à travers le combat, à travers les rencontres et aussi à travers une quête personnelle d’individualité.

A Lire : A.I. non-stop

© 1999 Ken Akamatsu / KODANSHA Ltd.

© 1999 Ken Akamatsu / KODANSHA Ltd.

Que feriez-vous si vous pouviez programmer la/le petit(e) ami(e) parfait(e) ?

Hitoshi est un peu l’archétype du loser : ce n’est pas un type très populaire, ni très intelligent et il a du mal à parler aux filles. Celle dont il est amoureux est la starlette du lycée et ne lui parle que pour se f… de lui.

Le seul point fort d’Hitoshi, c’est l’informatique, c’est un crack de la programmation au point qu’il se programme la petite amie parfaite, Satie Nanba.

Un soir d’orage, après que Satie a avoué à Hitoshi que, si elle était réelle, elle voudrait bien être sa petite amie, l’impossible se produit. Un éclair frappe la maison et Satie parvient à se matérialiser dans la réalité.

Hitoshi le nul a donc finalement une petite amie merveilleuse. Mais comprendre le monde réel n’est pas quelque chose de facile pour une intelligence artificielle. Heureusement, Satie a à sa disposition de nombreux programmes qui lui permettent de résoudre les problèmes.

Bien avant Love Hina et Negima, Ken AKAMATSU nous offre une histoire drôle et touchante, pleine de quiproquos hallucinants et de renversements de situations. C’est l’histoire d’une intelligence artificielle qui voulait désespérément être humaine. Une fois de plus quand il est question de robots, le mythe de Pinocchio est revisité et actualisé. Le petit garçon de bois devient une jeune fille de données mais la volonté reste la même.

Conférence-débat : « Les robots au travail : œuvrer avec les hommes ou à leur place ? » Jeudi 16 février

Jeudi 16 février de 12h15 à 13h45. Salle de conférence, BU Sciences

Les robots, considérés pendant longtemps comme symboles d’émancipation et de progrès social, sont désormais accusés de tous les maux : chômage, asservissement de l’homme à la machine, rupture du lien social… Dans un contexte de robotisation toujours plus intense, quelle place pour les robots ? Comment faire en sorte que les robots soient véritablement au service de l’homme et contribuent à une gestion plus « humaine » du temps de travail ? Cette problématique sera abordée avec trois interventions d’experts :

Robotisation, numérique : quel avenir du travail dans l’industrie ?

L’industrie française se transforme en profondeur. Confrontée à de nombreux enjeux tels que la concurrence internationale ou les exigences liées au développement durable, elle est également engagée dans une nouvelle révolution industrielle qui repose sur l’introduction de technologies de rupture (impression 3D, cobotique, automatisation, internet des objets, etc.) mais surtout sur la diffusion très large de nouveaux outils numériques. La mise en place de cette « Industrie 4.0 » implique de nouveaux modes de production : fabriquer dans un temps plus court, plus proprement, parfois « sur mesure » à la demande des clients.

Quel sera l’impact de ces mutations sur l’emploi et les compétences ? Peut-on anticiper les métiers de demain ? Comment les organisations et les modes de travail vont-ils évoluer ? L’appareil de formation professionnelle est-il bien équipé pour relever ces défis ? Quelles leçons pouvons-nous tirer de l’exemple allemand ?

Titulaire d’un DEA d’économie internationale de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Louisa Toubal a réalisé de nombreuses études pour des institutions privées et publiques (Xerfi, Mission économique de Londres,..). Au sein de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris où elle a passé cinq années, elle a participé à la réalisation plusieurs ouvrages publiés à la Documentation française sur des questions liées à la croissance des entreprises. Aujourd’hui chef de projet au sein de la Fabrique de l’industrie, elle est co-auteur (avec Thibaut Bidet-Mayer) d’un rapport sur l’évolution du travail industriel et des besoins en compétences à l’ère du numérique.

Thibaut Bidet-Mayer est titulaire d’un master d’économie de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne. Spécialisé en économie industrielle, il a travaillé chez Xerfi (études sectorielles) avant d’intégrer La Fabrique de l’industrie. Au sein de ce think tank, il a notamment été impliqué dans les travaux traitant de la politique industrielle française et

des questions de formation.

Une approche humaine de la transformation robotique

La robotique est considérée par de nombreuses études d’experts comme une technologie d’usage général (General Purpose Technology). Les technologies robotiques seraient amenées à transformer profondément notre travail, nos villes, notre environnement et notre vie quotidienne, voire la place de l’Homme sur la terre. Qu’en est-il aujourd’hui, quelles sont les grandes évolutions en cours et à venir ? Quels sont les enjeux et opportunités de l’introduction de robots ou systèmes robotiques dans de nouveaux domaines d’activité (médical & Santé, Smart Cities, Assistance des personnes, Transport, …) Et si une vision sociétale dans laquelle la robotique est déployée au service des Hommes et de la planète nous permettaient de vaincre nos peurs et de contribuer à une humanité durable ?

  
Catherine Simon, Présidente d’Innoboro, est consultante en stratégie et business développement international dans le domaine des nouvelles technologies. Diplômée d’EMLYON Business School et coach certifié INSEAD, Catherine a 25 ans d’expérience à un niveau de direction au sein ou au service de PME innovantes dans l’électronique grand public et la robotique. Animée par un intérêt authentique pour la prospective et les innovations qui contribuent positivement à la société, elle fait partie des 100 personnalités qui font la French Tech d’après Challenges (Mars 2014). Elle est lauréate des « Trophées Femmes de l’Economie » 2014 dans la catégorie Nouvelles technologies en Rhône-Alpes. Elle est l’invitée des Echos en 2016 pour l’édition spéciale « La Relève », les Défricheurs qui réunit 200 personnalités françaises résolument tournées vers l’avenir (source Innorobo)

La navigation sociale en robotique

Dans son exposé Olivier Simonin abordera la problématique de la navigation sociale en robotique, c’est-à-dire la capacité d’un robot à se déplacer dans un environnement peuplé d’humains tout en respectant les conventions sociales. La navigation sociale est un prérequis à l’intégration de robots mobiles dans le contexte professionnel ou privé, et plus généralement à la coopération homme-robot. Il  examinera quelques travaux en cours, qui seront illustrés sur des applications de robots serveurs, de véhicules autonomes et de fauteuil roulant autonome.

Olivier Simonin est Professeur à l’INSA de Lyon, chercheur au Laboratoire CITI et responsable de l’équipe Inria Chroma. Docteur en informatique de l’Université Montpellier II, puis Maître de Conférences respectivement à l’UTBM et à l’Université Nancy I, il travaille depuis une quinzaine d’années sur les techniques de l’intelligence artificielle et leurs applications à la robotique mobile et la coopération multi-robot.

 

Le seul, l’inimitable : le grand concours du festival Science et manga

Il y a deux choses qui vaillent la peine de se réjouir au mois de février :

Les crêpes et le concours du festival ! (et dans cet ordre-là car les crêpes c’est sacré)

Alors qu’est-ce qui vous attend cette année ?

DEUX superbes cosplays (taille M, je précise car il n’y a pas de raison que seule votre soeur de 12 ans puisse les porter), de fille (oui désolée mais il n’y avait pas de cosplay  de robot « mâle » qui tienne la comparaison), les voici :

Afficher l'image d'origine

une tenue (avec perruque) de Tchii dans Chobits, option meringue certes, mais tellement kawaii !

Et

celle de Mira dans Dimension W (chez Ki-oon ET à Quartier libre bien sûr) mais sans la perruque cette fois.

Attention les chaussures ne sont pas comprises

Pour les obtenir, rien de bien compliqué :

Il faut remplir un bulletin disponible à côté de l’exposition à la BU Sciences et le glisser dans l’urne.

Bon d’accord, c’est un tout petit peu plus compliqué car il faut répondre à cette question :

Quel service un robot pourrait-il vous rendre à la bibliothèque, et quel nom lui donneriez-vous ?

Rien d’insurmontable pour des jeunes gens aussi créatifs que vous. Les résultats seront donnés en avril (après la fin de l’exposition), vous avez donc tout votre temps !

règlement du concours consultable ci-dessous :

Règlement jeu concours FSM 2017