A lire : Nodame cantabile

NODAME CANTABILE © 2002 Tomoko Ninomiya / Kodansha Ltd.

NODAME CANTABILE © 2002 Tomoko Ninomiya / Kodansha Ltd.

Megumi Noda, surnommée Nodame, a beau être dans le titre de ce manga, elle est loin d’être sa seule héroïne. En effet, elle partage l’affiche avec Chiaki, musicien génial (il joue comme un virtuose du violon et du piano) qui est affligé d’une tare rédhibitoire pour un jeune prodige voulant devenir chef d’orchestre « international » : une peur panique de l’avion. Je pourrais vous dire toute la drôlerie et l’intelligence de ce manga (oui je maintiens intelligence, ce n’est pas un gros mot) mais là. Vraiment. Allez voir ! Je ne mettrai pas trois tonnes de points d’exclamation pour une fois mais ce manga vous donnerait (presque) envie de faire du solfège, tant il parvient à faire passer la passion et la chaleur émanant de ses personnages. En fait c’est tout l’orchestre qu’on a envie de suivre pour voir ce qu’ils vont tous devenir.

Un regret ? Oui, quand-même : l’histoire d’amour des personnages principaux . Ils sont tous les deux étudiants (majeurs quoi). Je sais que Nodame est un peu particulière et Chiaki très « japonais » dans ses rapports aux autres mais leur histoire d’amour aurait gagné à être un tout petit peu plus adulte, non ?

Mais sérieusement, lisez ce manga (on arrive bientôt à la fin de la parution en France, enfin), vous ne vous ennuierez pas une seconde, vous en sortirez même avec une furieuse envie d’écouter du Bethov !