A lire : Kitchen

© 2009 by CHO Ju Hee / Seoul Cultural Publishers, Inc.

© 2009 by CHO Ju Hee / Seoul Cultural Publishers, Inc.

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler d’un manhwa.

Comprenez : manga coréen, un terme à recycler dans les dîners mondains pour étaler sa culture, vous savez, celle pour laquelle, moins on en a, plus on l’étale (je sais ça date mais je ne pouvais pas la louper étant donné le thème « culinaire » de ce festival).

Donc ce charmant manhwa de 3 tomes pour l’instant (7 en tout) nous conte de courtes histoires qui tournent toutes autour de la nourriture et de la cuisine. Certes, mais qui dit cuisine, dit aussi (et c’est vrai partout mais spécialement en Corée) famille et amitié.

Oui d’accord il y a des histoires d’amour aussi ! Souvent douces-amères d’ailleurs … Ne cherchez pas, l’auteur est bien une femme.

Ce sont donc des tranches de vie (l’expression n’a jamais été aussi juste) qui se succèdent. Des femmes (oui c’est écrit par une femme, je viens de vous le dire) qui cuisinent pour leur famille, leur amant, leurs amies et qui aiment ou ont aimé, ou attendent l’amour. Parfois c’est le simple souvenir d’un plat qui fait toute l’histoire.

Entre chaque histoire, l’auteur nous faire rire avec l’évocation de son quotidien ou de ses multiples voyages à travers le monde, sans un sou en poche. Elle est enseignante, artiste et mère de famille. Si ça ce n’est pas de la science-fiction ! Bon, je me calme, apparemment, certaines y arrivent, tant mieux pour elles ! 

Parlons plutôt de ce délicieux manhwa où l’émotion et la nostalgie des plats et des bonheurs de l’enfance vous collent aux dents comme un carambar de l’année dernière. Passé le premier moment de flottement (il faut dire que le coréen se lit dans le même sens que le français, donc on ne lit pas à l’envers, et puis beaucoup de manhwa sont entièrement colorés, bonjour la panique pour la dévoreuse de mangas que je suis) ; passé donc ce moment,  on se surprend à s’attendrir sur les aventures et mésaventures des différents protagonistes. S’il ne s’agit en aucun cas de récits autobiographiques, beaucoup fleurent bon le vécu tout de même et j’attends le 4ème opus avec impatience.

Bon c’est pas tout ça mais quand est-ce-qu’on mange ? Je mangerais bien coréen moi ce soir !