A lire : mes petits plats faciles by Hana

© 2011 Masayuki kusumi © 2011 Etsuko Mizusawa (AKITA PUBLISHING)

© 2011 Masayuki kusumi © 2011 Etsuko Mizusawa (AKITA PUBLISHING)

Hana aime manger, aucun doute là-dessus, Hana n’aime pas se prendre la tête, cela est totalement certain. Du coup, Hana accommode des restes, mange à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, de préférence en accordant des aliments improbables. Tout cela a l’air bon, facile et rapide (au point qu’il n’y pas vraiment de recette) mais surtout cela nous donne l’occasion de voir Hana vivre sa solitude forcée (son mari a été muté) aussi bien qu’elle le peut. On l’a compris, il s’agit de tranches de vie (sans aucun mauvais jeu de mots), de miettes de quotidien (oh là là je m’enfonce !) qui nous sont livrées par Masayuki Kusumi, heureux scénariste du Gourmet solitaire (tout de même !) Et si certaines dégustations d’Hana vous semblent quelque peu ambiguës, c’est que le dessinateur (c’est un pseudonyme féminin) utilise aussi son talent pour des mangas érotiques. On m’a conseillé de regarder sous les jaquettes, allez savoir… 🙂

A voir (absolument) : Tampopo

Ah Tampopo !

La première fois que je l’ai vu, Arte tentait de faire connaître le cinéma nippon à nos concitoyens. J’étais tombée par hasard sur cet OVNI et je ne l’ai pas lâché.  C’est ce qu’on pourrait appelé un film à sketchs, ce dont j’ai horreur, et pourtant ! Dès que j’ai vu le héros, un routier affublé de son chapeau de cow boy, j’étais conquise ! Que dire de la scène d’anthologie de la dégustation de spaghettis (hilarant) ou du repas érotique entre deux amants gourmets (après vérification, Neuf semaines et demi est sorti après Tampopo, les américains ont donc pompé une des scènes les plus cultes d’Hollywood*) !

Pour résumer, dans Tampopo, tout est parfait. A regarder absolument avant d’aller déguster un ramen, sous peine de ressentir une terrible frustration.

L’histoire :Tampopo, une jeune veuve tient un médiocre restaurant de soupes de nouilles dans un quartier populaire de Tokyo. Elle lutte courageusement et n’aspire qu’à une honnête vie, jusqu’au jour où un routier à la dégaine de cow-boy, Goro, entre dans sa vie. C’est un gourmand, il sait que la préparation de la soupe de nouilles est une vocation, sinon un rituel. Le jour où il vient se restaurer chez Tampopo, il l’informe brutalement que ses nouilles « manquent de tripes » ! Elle le convainc alors de lui enseigner l’art de cuisiner une bonne soupe. Parallèlement à la quête de Tampopo et Goro aidés par maints personnages excentriques, plusieurs intrigues secondaires, toutes d’ordre culinaire, se nouent…(source : allociné)

Ou peut-être pas, 9 semaines et 1/2 étant tiré d’un roman de 1979, il vaut donc mieux mettre en point d’interrogation : ?

A lire : J’aime les sushis

MIX VEGETABLE © 2005 by Ayumi Komura / SHUEISHA Inc.

MIX VEGETABLE © 2005 by Ayumi Komura / SHUEISHA Inc.

Avec un titre pareil, il bien évident que nous allons parler … pâtisserie. Quoi ? Eh oui, j’ai bien dit pâtisserie, car Hanayu est l’héritière de la pâtisserie paternelle alors qu’elle ne rêve que de sushis. Elle imagine alors sortir avec le fils d’un maître sushis pour l’épouser et donc échapper à son destin mais ironie du sort, Hayato Hyûga, celui qu’elle compte manipuler, ne jure que par la pâtisserie !

Il y a des quiproquos, des retournements de situations, des larmes et bien sûr … des sushis. C’est du pur shojo, avec juste ce qu’il faut de tempérament chez l’héroïne pour relever le tout (désolé, ça vient tout seul quand on écrit sur des mangas culinaires).

Pour le reste, allez voir, il n’y a que 8 tomes, donc aucun risque de s’ennuyer.