A lire : Heartbroken chocolatier (attention spoilers)

SHITSUREN CHOCOLATIER © 2009 Setona MIZUSHIRO / Shogakukan Inc.

SHITSUREN CHOCOLATIER © 2009 Setona MIZUSHIRO / Shogakukan Inc.

Il n’y a rien à dire : tout est dans le titre ! Oui vraiment, mais, comme je ne peux vraiment pas m’en empêcher, développons un peu : Sohta va devenir un chocolatier de génie, un peu (puis beaucoup) par passion pour le chocolat et à la folie (oui là on peut dire qu’il a un grain) pour la jolie Saeko.

Problème ? Elle ne s’intéresse à lui que parce qu’il prépare des chocolats divins (il est quand-même allé se former en France, du coup c’est normal qu’il soit génial*) et … elle se marie.

C’est pas gagné me direz-vous ? J’ai tendance à partager cet avis, surtout que malgré le talent de l’auteur, Sohta me fait légèrement pitié … et peur aussi. Partir étudier l’art du chocolat à l’autre bout de la Terre, sans parler un mot de la langue et, sans recommandation, débarquer chez un chocolatier connu, trimer pendant des années, tout ça pour une fille qui ne le calcule même pas !

La raison de la sélection de ce titre est évidente. On nage dans le chocolat, on s’y noie. Ses différentes textures, saveurs, douceurs et amertumes. Un manga à éviter ABSOLUMENT en début de régime, tant la tentation est grande en le refermant de se ruer sur le paquet de chocolats dans le placard.

 

 

*un peu trop chauvin comme remarque ? Même pas peur !

A lire : J’aime les sushis

MIX VEGETABLE © 2005 by Ayumi Komura / SHUEISHA Inc.

MIX VEGETABLE © 2005 by Ayumi Komura / SHUEISHA Inc.

Avec un titre pareil, il bien évident que nous allons parler … pâtisserie. Quoi ? Eh oui, j’ai bien dit pâtisserie, car Hanayu est l’héritière de la pâtisserie paternelle alors qu’elle ne rêve que de sushis. Elle imagine alors sortir avec le fils d’un maître sushis pour l’épouser et donc échapper à son destin mais ironie du sort, Hayato Hyûga, celui qu’elle compte manipuler, ne jure que par la pâtisserie !

Il y a des quiproquos, des retournements de situations, des larmes et bien sûr … des sushis. C’est du pur shojo, avec juste ce qu’il faut de tempérament chez l’héroïne pour relever le tout (désolé, ça vient tout seul quand on écrit sur des mangas culinaires).

Pour le reste, allez voir, il n’y a que 8 tomes, donc aucun risque de s’ennuyer.