A lire : Ristorante paradiso

RISTORANTE PARADISO © Natsume Ono 2006. First published in Japan in 2006 by Ohta Publishing Co., Tokyo

RISTORANTE PARADISO © Natsume Ono 2006. First published in Japan in 2006 by Ohta Publishing Co., Tokyo

Nicoletta arrive à Rome pour dénoncer une injustice : sa mère l’a abandonnée pour épouser un homme qui se refusait à vivre avec une femme ayant déjà des enfants. Du coup, Olga a laissé sa fille chez sa mère et est allée filer le parfait amour, sans jamais rien dévoiler au dit mari. Inutile de demander pour qui j’ai pris parti, je pense que vous l’aurez compris ! Finalement l’affrontement n’aura pas lieu, Nicoletta tombant elle-même sous le charme d’un amour « interdit », aura bien plus de compréhension pour sa mère qu’elle ne l’avait prévu !

Mais quel rapport avec notre thème direz-vous ? Il est au final assez lointain ! L’histoire se déroule pour l’essentiel dans le restaurant du beau-père de Nicoletta. Celle-ci désirant devenir cuisinière, on pourrait s’attendre à ce que la cuisine soit en centre de ses préoccupations mais il n’en est rien. Je dirais plutôt que le restaurant est une sorte d’écrin propice au développement des personnages, la même réflexion pouvant se prêter à l’autre titre de l’auteur (qui met en scène les mêmes personnages) : Gente.

Dans les deux cas, le charme de l’auteur agit et s’il ne se passe pas grand chose dans ces mangas, ce n’est pas pour autant sans intérêt, loin de là !

A lire : Aya conseillère culinaire

© ISHIKAWA Saburô / Hôbunsha / DOKI-DOKI

© ISHIKAWA Saburô / Hôbunsha / DOKI-DOKI

Aya est une conseillère cuisinière (comme l’indique son titre). Kesako ? Avez déjà vu ce formidable programme télévisuel qu’on appelle « Cauchemar en cuisine » ? On y voit un cuisinier venir remettre à flot des restaurants en perdition avec quelques coups de gueule et deux ou trois remises en question. Et bien Aya, … c’est pas ça !

Non, Aya est bien plus rude que cela, un vrai bulldozer qui ne s’embarrasse pas de morale quand il s’agit de remettre un restaurant dans le droit chemin. Elle n’a aucune pitié (surtout pour les concurrents) et pas la langue dans sa poche. Dans chaque tome de la série, on la retrouve avec son « apprenti » mais, même s’il y a une trame, chaque volume regroupe plusieurs historiettes qui peuvent se lire indépendamment les unes des autres.

Manganews ayant consacré un dossier entier à ette série, on ne va pas réinventer l’eau chaude, voici le lien :

http://www.manga-news.com/index.php/report/Aya-conseillere-culinaire