Atelier : Baxter and Co. Mardi 7 mars à 12h15, Hall de la BU Sciences

Baxter est de retour !
Non, cette fois-ci il ne va pas danser mais, pour autant, c’est une occasion unique de le voir en action (parce que, sinon, il est assez immobile dans notre exposition).

C’est vrai que malgré cela, il en impose, mais je vous conseille quand même de venir à la BU, d’autant qu’il ne sera pas seul, il sera accompagné d’une bête de concours (euh oui je ne connais pas le nom du robot CPE utilisé à la Robocup !

Alors rendez-vous dans le hall de la BU Sciences, à 12h15 (jusqu’à 14h)

A voir : Roujin-Z

© 1991 TOKYO THEATERS CO., INC•KADOKAWA•SHOTEN PUBLISHING CO., LTD•MOVIC CO.,LTD•tv asahi•Aniplex Inc

© 1991 TOKYO THEATERS CO., INC•KADOKAWA•SHOTEN PUBLISHING CO., LTD•MOVIC CO.,LTD•tv asahi•Aniplex Inc

La machine ne remplacera jamais l’humain…à moins que la machine ne devienne elle-même humaine.

C’est la morale de cette histoire.

Dans une société en plein vieillissement, Kijûrô Takazawa est désigné volontaire pour être le cobaye d’une merveille de la technologie, le lit robot Z-001 pourvu d’un ordinateur surpuissant, qui peut s’occuper de tous les besoins des personnes âgés sans qu’une présence humaine constante ne soit nécessaire…bref, ils tentent gentiment de se débarrasser des vieux et des problèmes qu’ils causent (selon eux).

Haruko, l’infirmière qui était bénévole pour s’occuper du vieux monsieur Takazawa se rend compte à quel point c’est déshumanisant et décide de libérer le vieux monsieur qui l’appelle à l’aide depuis son lit.

La manière forte ne marchant pas, elle décide de demander de l’aide à de vieux hacker pour s’introduire dans le programme pour aider le vieil homme. Quelque chose ne marche pas bien et le lit prends vie et, obéissant au désir de monsieur Takazawa de revoir la mer, sort dans la rue et cause d’énormes dégâts.

Ce film nous montre que l’humain veut confier de plus en plus de tache aux robots. Après lui avoir confié son travail pour s’en débarrasser, il lui confie ses semblables aussi pour s’en débarrasser. Ce film parle d’un lit de vieillesse automatisé mais il aurait pu tout aussi bien parler d’un berceau mécanique ou d’un robot nourrice. Les hommes ne veulent plus s’occuper de ce qui le gène, l’ennui, l’énerve…alors il le confie aux robots.

Généralement ça leur revient dans la g…figure.