A lire : Your lie in april

SHIGATSU WA KIMI NO USO © Naoshi Arakawa / Kodansha Ltd.

SHIGATSU WA KIMI NO USO © Naoshi Arakawa / Kodansha Ltd.

Certains titres vous tapent dans l’oeil, on ne sait pas vraiment dire pourquoi. C’est le cas de ce manga qui nous parle de sujets sérieux l’air de ne pas y toucher. Ici, pas de méchants à haïr (même si la maman de Kôsei semble avoir été une très bonne imitation de bourreau d’enfant), mais des adolescents pleins de passions et de blessures qui avancent, rient, tombent, se relèvent (ou pas) et nous font ressentir leur amour de la musique.

Whouah ! Me direz-vous : musique classique, enfance difficile, traumatismes, quelle affiche alléchante ! Et oui, je persiste et signe : c’est un manga très attachant et pas déprimant pour un sou.

Il vous attend à Quartier libre depuis … maintenant !

A lire : Conductor

© Nokiya 2010, 2011 © Manabu KAMINAGA 2010, 2011 / KADOKAWA SHOTEN Co., Ltd.

© Nokiya 2010, 2011 © Manabu KAMINAGA 2010, 2011 / KADOKAWA SHOTEN Co., Ltd.

De la musique, du suspense, des mensonges… une chose est sûr c’est que Conductor ne laissera personne indifférent ! L’histoire est dirigée d’une main de maître de la part du mangaka  Manabu Kaminaga, un peu comme un chef d’orchestre avec ses musiciens (comment ça elle était un peu facile cette blague ?).

Il faut bien le reconnaître, le mélange histoire d’amour-thriller, ben ça marche du tonnerre ! Pas nian-nian pour deux sous on se laisse porter par Naomi à la recherche de ses souvenirs perdus.

L’histoire se lit presque comme un huit clos : c’est palpitant, c’est haletant et même si certains raccourcis sont parfois pris (oui, bon, il faut bien qu’il y ait quelques points négatifs hein !) cela reste une série courte (youpi !!! fini les séries à rallonge !) qui se lit avec plaisir.

Bref je suis emballée et je vous conseille de vous laisser porter par la mélodie de Conductor (que voulez-vous, j’aime les métaphores musicales)