Tout est virtuellement possible !

Venez voir l'expo !

Oui la BU Sciences est ouverte 7 jours sur 7 mais malheureusement cet accès est encore restreint et tout le monde ne peut pas venir admirer notre expo alors c’est elle qui viendra à vous. Nous avons souhaité réaliser un film pour que vous puissiez profiter de cette exposition malgré tout mais aussi pour donner envie à ceux qui le peuvent de venir la voir « en vrai ».

A tous, bonne visite et à très bientôt

Summer wars de HOSODA Mamoru

Summer wars
© 2009 SUMMERWARS FILM PARTNERS

Summer wars de HOSODA Mamoru

Vous n’avez pas vu Summer wars ? Comment ça vous n’avez pas vu Summer wars ?

C’est un oubli qu’il faut tout de suite réparer. Parce que c’est ce qu’on appelle un incontournable. Si vous êtes comme moi cet adjectif vous hérisse et est la meilleure façon de vous dégoûter à vie de voir un film (juste par esprit de contradiction). Il faut cependant vous dire ce serait une erreur tant ce film se regarde encore et encore, par pure gourmandise.

 Summer wars c’est drôle, émouvant et plein de suspens. Que demander de plus ?

 Alors filez à Quartier libre pour l’emprunter, écroulez-vous sur le canapé pour une soirée film-popcorn (de toute façon en ce moment les autres divertissements ne courent pas les rues) et savourez cet avant-goût de l’été qui fait beaucoup de bien.

 

smiley lunettes soleil

Les femmes du Festival

Lorsque nous avons monté l’exposition du festival Science et manga, nous avons pris conscience d’un fait amusant (et même inspirant) à savoir que sur les 4 interviews de chercheurs présentées, 3 étaient des interviews de chercheuses. Et ce, sans que nous ayons cherché à privilégier les femmes de quelque façon que ce soit*.

Ces femmes de science ont à cœur de faire partager leur passion. Voici donc leurs portraits à l’occasion de cette journée internationale pour les droits des femmes juste pour montrer cette fabuleuse nouvelle déjà très ancienne : les femmes font de la science et il n’est pas besoin de beaucoup chercher pour les trouver.

© CNRS – Christian Dury, Institut des Sciences de l’Homme

Commençons par Mylène Pardoen, archéologue sonore, chercheure à la MSH Lyon Saint-Etienne. Elle étudie et analyse les ambiances sonores du passé à partir de différentes sources et propose des modèles virtuels qui permettent de recréer les ambiances sonores du passé comme par exemple celles des rues du quartier du Grand Châtelet à Paris au XVIIIe siècle. La version présentée dans l’exposition est la quinzième mais le projet Bretez en est à la dix-huitième version.

Vous pouvez visionner une présentation de sa carrière pour le moins atypique et passionnante :

https://25images.msh-lse.fr/portrait_m-pardoen/video/mylene-pardoen-en-images-en-et-sons/fr

Florence Zara, enseignante-chercheure à l’Université Lyon 1, au sein du Laboratoire d’InfoRmatique en Image et Systèmes d’information (LIRIS) explique ses travaux pour la conception de simulateurs permettant l’apprentissage de gestes médicaux sans risques pour le patient. Elle présente comment la Réalité Virtuelle permet de reproduire le comportement des organes lors d’une ponction.

Vous pouvez voir son parcours sur sa fiche personnelle

https://perso.liris.cnrs.fr/fzara/Web/ (attention tout est en anglais !)

Fanny Lignon, maîtresse de conférences à l’Université Lyon 1-INSPE s’intéresse aux jeux vidéos et à leurs implications dans la vie réelle. Il ne s’agit pas de savoir combien d’heures nos ados favoris passent devant un jeu, mais plutôt les conséquences de ces pratiques dans leur construction car, le saviez-vous, on ne représente pas les hommes et les femmes de la même façon dans les jeux.

Elle s’intéresse notamment à des jeux comme Assassin’s creed.

Si vous voulez mieux comprendre son travail, vous pouvez consulter sa page EXPERTES

https://expertes.fr/expertes/67035-fanny-lignon

ou bien visionner cette vidéo diffusée sur Game one

*(Nous en profitons pour remercier les chercheurs qui ont activement participé à cette exposition et notamment Jean-Philippe Farrugia pour son aide précieuse à la rédaction, Alessandro Farné qui a présenté son laboratoire dans une vidéo sur l’INSERM ainsi que Daniel Mestre pour sa participation à la conférence-débat.)

Programme du festival : Tout est virtuellement possible !

C’est la 11ème édition du festival … encore ! Et oui, l’édition 2020 n’ayant pu avoir lieu, nous vous proposons de découvrir ce festival qui est bien dans l’air du temps : Tout est virtuellement possible ! Au menu une exposition à la BU Sciences, des conférences en ligne, une projection et pour un petit peu de fun en ces temps de distanciel, des concours pour nos personnels et étudiants sur nos réseaux sociaux.

Festival Science et manga Casque virtuel
Festival Science et manga Casque virtuel

Exposition : Tout est virtuellement possible !

Du 2 février au 3 avril. Galerie BU, BU Sciences, Campus de la Doua

La BU Sciences vous propose de suivre les héros des mangas dans le monde fascinant du virtuel à travers différentes applications permettant une immersion dans l’univers de la virtual reality
Durant la visite vous voyagerez dans le temps pour vous promener dans l’atmosphère sonore du Paris du XVIIIème siècle, vous écouterez chanter une star hologramme japonaise et découvrirez que virtuelle, augmentée ou même mixte, la réalité n’est plus ce qu’elle était !



Vous souhaitez visiter l’exposition Tout est virtuellement possible ? Inscrivez-vous en ligne et rendez-vous à la BU Sciences muni d’une pièce d’identité ou de votre carte cumul.

Attention: en raison de la crise sanitaire, les visites sont limitées à 6 personnes et le port du masque est impératif.

Ces visites débutent à 12h30 et durent environ 30 minutes.

Cliquez pour vous inscrire :

 

En cas d’empêchement, merci de nous prévenir sur ce mail :  actionsculturelles.scd@univ-lyon1.fr


Conférence : Changer le corps et l’espace pour sonder et changer l’esprit

Mardi 16 mars à 12h30 en ligne (dans le cadre de la Semaine du cerveau)

Dans le contexte de la recherche en neurosciences cognitives, la Réalité Virtuelle (RV) offre l’opportunité de créer des situations inédites en laboratoire, tout en permettant de garder le contrôle expérimental rigoureux nécessaire pour mener à bien des expériences dans des condition pseudo-naturelles. Utilisée seule, ou couplée à des outils propres à la recherche fondamentale en neurosciences, elle ouvre la voie à une meilleure connaissance des fonctions cérébrales allant de la perception visuelle 3D, passant par le contrôle moteur, jusqu’au vécu émotionnel et son retentissement sur la distance que l’on met entre nous et les personnes qui nous entourent. Elle nous permet même de changer temporairement l’apparence de notre corps, avec des conséquences parfois sur notre pensée. Autant de puissance réveille fascination et questionnement éthique, deux compagnons inséparables pour l’avenir de l’usage de la RV en sciences.

Intervenant: Alessandro Farnè, directeur de rechercher Inserm responsable de Neuro-I (CRNL), plate-forme utilisant la réalité virtuelle immersive pour étudier le fonctionnement cérébral.
Avec la participation de: Jérôme Goffette, philosophe des sciences.

Conférence-débat : Quels sont les avancées et les dangers qu’apporte le virtuel ?

Tout est virtuellement possible ! Rika gameuse
Rika gameuse

Mardi 23 mars de 12h15 à 13h45 en ligne


La réalité virtuelle est une technologie encore jeune mais ses applications se multiplient dans tous les secteurs d’activité, la communication, l’enseignement, l’industrie, le commerce, mais aussi dans domaine médical ou culturel. Si la virtual reality permet de simuler des environnements complexes et improbables, d’améliorer la qualité de certaines formations (ingénieurs, chirurgiens), de réduire les coûts de certains prototypes et de faire gagner du temps, elle a aussi le potentiel de changer les perceptions et les interactions entre personnes, ce qui en fait un sujet d’étude important en sciences sociales. Quels sont les opportunités que permet la réalité virtuelle mais aussi quelles sont ses limites et ses risques ?

Intervenants : Daniel Mestre, directeur de recherche CNRS, responsable scientifique du Centre de Réalité Virtuelle de la Méditerranée (CRVM) et Mylène Pardoen, ingénieure de recherche archéologue en paysage sonore
Modérateur : Patrice Thiriet, enseignant d’anatomie à l’Institut des Sciences et Techniques de la Réadaptation de l’université Lyon 1 et responsable du projet Anatomie 3D Lyon.


  Pour ne rien manquer, suivez  le Facebook de la BU .

 

 

A lire : Telle que tu es

POCHAMANI© 2012 by Kaname Hirama / HAKUSENSHA

Tsumugi est une adolescente douce et attentionnée. Ce qui la différencie des autres filles, ce sont ses quelques kilos en plus qu’elle porte sans complexe. Elle a subi autrefois quelques brimades… mais au lieu de se laisser abattre, elle a décidé un jour de continuer à s’aimer elle-même quoi qu’en disent les autres.
C’est attiré par cet optimisme que Yukiya, un beau garçon, lui demande de devenir sa petite amie. Tsumugi hésite, assez incrédule qu’un garçon s’intéresse sincèrement à elle. Mais cette attirance de Yukiya pour elle va générer de la jalousie chez les autres filles… (Mangas news)

Et voilà, encore un drôle de couple, enfin non, c’est surtout Yukika qui peut tout de même parfois être …collant ? Et puis à force de se faire malaxer les bras, pauvre Tsumugi ! …

J’avoue que je n’ai pas été totalement convaincue par cette histoire bien qu’elle ait un bon fond et un super sujet ! Je trouve les deux personnages un peu caricaturaux, tout du moins au début. Ils s’améliorent au fil des tomes, … mais ils sont bien sympathiques tout de même ! Vous vous ferez votre propre avis sur la question !

A lire : Anus Beauté

© TAKESHI OHMI 2013 / SHONENGAHOSHA Co., Ltd., Tokyo

Alors là j’avoue, ils ont fait fort…Après le régime macrobiotique et les lavements au café voici venu : les hémorroïdes. Si, si…il s’agit bien du sujet principal d’Anus Beauté (un nom qui veut tout dire…)

Nous suivons donc le quotidien de Mitsuki Yakushiji, 16 ans, qui a tout pour être heureux. Sauf qu’il traîne avec lui un lourd fardeau : il souffre d’hémorroïdes. Personne n’est au courant, bien sûr, jusqu’à ce qu’une de ses camarades de classe le démasque. Frappée du même mal que lui, Shiori Miura connaît tout de cette maladie et elle est bien décidée à aider Yakushiji à la combattre, même contre son gré…

Au travers de ces 2 volumes, c’est fou le nom de trucs qu’on apprend sur le sujet…

Car le saviez-vous, un adulte sur trois souffrirait d’hémorroïdes. Pourtant, rares sont ceux qui osent en parler à leur médecin…Du coup maintenant, vous êtes parés … Par contre, c’est un peu mono-centré comme sujet…on se lasse vite, sauf si comme Miura, votre rêve est de devenir proctologue !

A lire : Sweet Relax

OYAYUBI KARA ROMANCE © 2004 by Izumi Tsubaki / HAKUSENSHA Inc., Tokyo

Encore un drôle de couple ! Décidément, les mangas me surprendront toujours ! Sweet Relax nous amène dans les méandres délirants des chakras et du shiatsu à travers l’histoire de Chiaki, la fanatique de massage et Yôsuke, le beau gosse…

« Chiaki est une jeune fille plutôt introvertie, et qui a du mal à s’intégrer dans sa famille. Étoile montante du club de massage de son lycée, elle devient beaucoup plus extravertie dès qu’elle commence à parler de massage. Elle possède également la capacité de voir les « tsuboys » – sortes de petits esprits mignons, qui se manifestent au niveau des courbatures des gens. Chiaki, depuis peu, croise tous les matins dans le bus un garçon dont le dos est bourré de courbatures. Dès lors, elle se met en tête de le masser…

Mais ce dernier n’est autre que Yôsuke, un des garçons les plus populaires du lycée. Pour d’étranges raisons, il refuse de se laisser toucher par des filles. Finalement, Yôsuke propose à Chiaki un pari : si jamais elle réussit à le faire tomber amoureux d’elle, il acceptera de se laisser masser. Hélas, en réalité, Yôsuke est animé par des intentions plus étranges, et qui semblent étrangement liées à la sœur jumelle de Chiaki… » Mangas news

Un manga rempli de bonne humeur, mais aussi bourré d’informations pour se sentir bien dans son corps ! Je vais peut-être me mettre au shiatsu, tiens …ou pas !

A lire : Shirayuki aux cheveux rouges

AKAGAMI NO SHIRAYUKI HIME © 2007 by Sorata Akiduki / HAKUSENSHA Inc.

Shirayuki aux cheveux rouges est l’histoire de… Devinerez-vous ? Shirayuki : bravo ! Et son signe particulier ? Ces cheveux rouges : encore bravo, vous êtes décidément très fort! .. Bon ok, une fois qu’on a dit ça, on n’est pas plus avancé !

Shirayuki est herboriste et pour éviter un mariage avec le prince de son pays, elle a fui dans la forêt du pays voisin où elle y rencontre Zen et ses amis : Kiki et Mitsuhide, les gardes du corps de Zen. Celui-ci se trouve être, en fait, le second prince du royaume de Clariness.

Bon, oui oui, shojo …Baleine sous graviers…mais pas comme vous croyez. Une histoire d’amour pleine de douceur et deux jeunes gens, indépendants, qui se construisent petit à petit. J’ai eu grand plaisir à les suivre dans toutes leurs péripéties, parce qu’il n’est pas simple pour un prince et une apprentie pharmacienne, qui plus est aux cheveux rouges, de passer inaperçu et de ne pas faire de vagues. Le bien-être là-dedans…oui à la base l’herboristerie est faite pour soulager nos maux et Shirayuki nous le montre à diverses reprises. Moi je trouve aussi que j’ai éprouvé un grand bien-être à lire ce manga doux, rafraichissant et aux beaux graphismes … 😉

A lire : Perfect World

© Rie Aruga / Kodansha Ltd.

Perfect world…un but, un rêve, une utopie…et on n’est justement pas dans un monde parfait : alors oui, il y a de l’amour, de jeunes gens beaux et dynamiques mais c’est pas les bisousnours ici ! Ce manga aborde le handicap dans tout ce qu’il a de quotidien, d’émotionnel…Je ne vous cache pas que j’ai eu une petite larme de temps en temps…

On suit l’histoire de Tsugumi, jeune fille de 26 ans, et qui travaille au sein d’une entreprise de design d’intérieur. Un soir, lors d’une soirée de travail, qu’elle est sa surprise de retrouver autour de la table Hayukawa, son amour de lycée ! Mais depuis la fin de leurs études, le jeune homme, impliqué dans un accident, est en fauteuil roulant.

La suite, je vous laisse la découvrir…Un superbe manga empreint d’un réalisme vraiment touchant.