A lire : My lovely hockey club


GOKURAKU SEISHUN HOCKEY CLUB © 2005 Ai Morinaga / Kodansha Ltd., Tokyo.

Voilà un manga que vous ne vous attendriez pas à retrouver dans une thématique de bien-être, non ? Il y est question d’un club de hockey sur gazon et d’une jeune fille qui va en devenir la manager.

Voilà le résumé
Hana Suzuki, a une passion dévorante dans la vie : dormir ! Afin de grappiller quelques minutes de sommeil supplémentaires, elle est prête à tous les sacrifices, allant jusqu’à s’échiner au travail pour entrer dans un lycée prestigieux… car celui-ci se trouve à seulement trois minutes de chez elle ! Un matin, alors qu’elle s’y rend, l’esprit encore embrumé, elle heurte la rutilante voiture d’Izumi Oda, un fils de bonne famille, qui menace de lui faire payer les réparations si elle ne rejoint pas son club. Un club un peu particulier… de hockey sur gazon ! (manganews)

Vous êtes perdus ? Alors regardez plus attentivement la couverture. Toujours rien ? Mais si, le halo blanc autour de la tête de l’héroïne ! Bon, je dois admettre que cela ne rend rien sur un ordi, alors essayons avec celle-ci :


GOKURAKU SEISHUN HOCKEY CLUB © 2005 Ai Morinaga / Kodansha Ltd., Tokyo.

Là vous n’allez pas me dire que vous ne l’avez pas vu ! Ok, maintenant connaissez-vous la signification du logo ? C’est celui que l’on retrouve devant tous les onsen, il représente une source chaude et les gâteaux estampillés du même logo se retrouvent aussi traditionnellement dans les villages de onsen (pas dans le onsen !)

Une fois cela dit, vous ne voyez toujours pas le rapport de cause à effet et je vous comprends. En fait ce club est un paravent pour une bande de lycéens qui ne font jamais de sport mais passent leur temps dans des onsen à se prélasser, à manger et à dormir ! Inutile de vous dire que ce manga est à prendre au deuxième, voire au troisième degré et que ce n’est pas ici que vous trouverez des réflexions très profondes sur le sens de la vie. Mais vous allez peut-être trouver cela très drôle et finalement c’est déjà bien 😉

A lire : la fille du temple aux chats


NEKO NO OTERA NO CHIONSAN © 2016 Makoto OJIRO / SHOGAKUKAN

La fille du temple aux chats, tout est dans le titre : une fille, des chats (beaucoup de chats) et un temple.

voici le pitch de manganews :

Gen décide de quitter son cocon familial et d’intégrer un lycée à la campagne où il a vécu étant tout petit. Il retrouve sa grand-mère et s’installe dans le vieux temple où vit déjà Chion, une jeune femme d’une vingtaine d’année. Cette cousine éloignée a pris la succession de la grand-mère et garde un excellent souvenir de Gen, enfant. Leur complicité enfantine aurait-elle survécu à toutes ces années ?

Ah oui ! J’ai oublié de vous parler de Gen, il faut dire qu’on voit parfois l’histoire par le prisme de ses yeux (ce qui explique peut-être les zooms sur le fessier de Chion que je trouve un peu lourds, mais bon …).

Vous avez bien compris que pour Gen la complicité des jeunes années est TRES TRES éloignée de ses préoccupations. Mais ce manga, pour moi, vaut le coup surtout en ce qui concerne le temple et les chats 🙂 Le temple est bourré de charme et évoque un Japon totalement désuet mais vraiment attachant. Il me faut encore lire le tome 2, mais voilà un titre qui pourrait beaucoup me plaire.

Quant à vous, il vous faudra attendre la fin de l’exposition pour pouvoir le lire à Quartier Libre

On y est !

Nous y sommes ! Le 10ème festival ! Nous avons passé le cap des deux chiffres. Cela valait bien une édition un peu spéciale. Cette année à Lyon 1, vous avez pu constater qu’un thème était omniprésent : le bien-être. Nous ne pouvions pas laisser passer cette occasion de mettre en avant tout l’apport du Japon et de son art de vivre. Voici donc un festival atypique avec son exposition “à vivre” et à expérimenter (je ne vous en dis pas plus, il faut venir voir ), ses ateliers de méditation et de shiatsu, sa conférence et sa projection :

Demandez le programme

Exposition

Bien dans sa peau, bien dans sa tête
L’exposition propose une immersion dans l’art de vivre à la japonaise avec ses rituels et ses lieux zens. En pénétrant dans l’exposition, vous ferez l’expérience physique et mentale de la recherche de l’harmonie et de l’équilibre, une aspiration essentielle au Japon pour parvenir au développement spirituel et à l’accomplissement personnel.

Du 11 février au 31 mars 2019, Galerie BU – BU Sciences

Cérémonie du thé Chado

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Chibi1-kimono-fini-orange-1024x1024.jpg.


La cérémonie du thé est une composante essentielle de l’art de vivre au Japon. Ce rituel ancestral est codifié, chaque geste accompli par le maître de thé est poétique et empreint de sens philosophique. L’offrande du thé matcha, le Chado nécessite d’associer à la mémoire des gestes, une gymnastique intellectuelle et un développement spirituel.

Lundi 11 février à 18h30, Quartier libre, BU Sciences 

Conférence-débat
Pourquoi l’Occident redécouvre la méditation ?

Les sociétés occidentales s’intéressent de plus en plus à la méditation, elle est même enseignée à l’Université : pourquoi ce succès? Elle est souvent identifiée à l’Orient et au bouddhisme mais elle existait sous d’autres formes en Occident: comment était-elle pratiquée ? Pourquoi la méditation suscite-t-elle un tel intérêt aujourd’hui ? Quels sont ses bienfaits sur le cerveau et sur le corps ?

Jeudi 14 février de 12h15 à 13h45, Salle de conférences, BU Sciences

Ateliers
Méditation pleine conscience
Dominique Audin enseigne la danse et le yoga à l’Université Lyon 1. Son atelier vous propose une première approche de la méditation dite de pleine conscience.

Mardis 12 et 19 février de 13h15 à 14h, Quartier libre, BU Sciences


Initiation au shiatsu
 (3 heures)
Sonia Badin est enseignante à l’Université Lyon 3, elle est praticienne diplômée de la Fédération Française de Shiatsu Traditionnel (FFST) et du Centre de Recherche et d’Enseignement en Shiatsu et en Energétique Chinoise (CRESEC). Elle vous propose une initiation au shiatsu au sol (protocole Nakasono) pour une première approche de cette pratique.
Le shiatsu est une thérapie manuelle énergétique originaire du japon. C’est une méthode simple pour se relaxer qui peut se pratiquer au sol avec les mains. 

Vendredi 1er mars de 17h à 20h, Quartier Libre, BU Sciences

Projection  : A silent voice


Un film de Naoko Yamada de 2016
Une nouvelle élève arrive dans la classe du très exubérant Ishida. Shoko est jolie, timide … et sourde. Ishida va alors s’amuser à ses dépens, la harcelant de plus en plus violemment et avec l’assentiment de ses camarades. Mais un jour il va trop loin et les parents de Shoko portent plainte. Le harceleur devient alors harcelé, mis au ban de l’école par ceux-là même qui ne l’ont jamais dénoncé. Devenu lycéen, Ishida, qui a appris le langage des signes, part à la recherche de Shoko.


Jeudi 7 mars à 18h30, Salle de conférences, BU Sciences

Vous avez pu remarquer que j’ai de nouveau changé un peu de look, alors si vous voulez un de mes badges, vous savez ce qu’il vous reste à faire : venir !

Si vous voulez vous détendre tout en restant à à la BU Santé à Rockefeller, c’est aussi possible, nous vous avons concocté une sélection de titres tous plus zen les uns que les autres, ICI

La conférence-débat en ligne

Malgré les aléas de la météo qui n’ont malheureusement pas permis au docteur Bernard Comet de venir, la conférence-débat a bien eu lieu et les deux intervenants “restants” ont été particulièrement appréciés.

Laurence Vico, Directrice de recherche à l’INSERM dirige l’unité 1059 “SAINBIOSE”.  Ses recherches visent à comprendre le déconditionnement mécanique et métabolique survenant dans des conditions extrêmes (vols spatiaux et analogues) ou non (ostéoporose, inactivité, arthrose, polyarthrite rhumatoïde, troubles nutritionnels). Les effets de traitements pharmaceutiques ou biomécaniques (orthèses) ou des stratégies d’entraînement physique applicables aux sujets fragiles sont étudiés.
Au niveau tissulaire, les multiples interférences entre les cellules osseuses et leur microenvironnement (composants de la matrice extracellulaire, facteurs de croissance, vascularisation osseuse) sont explorées. Des modèles 3D in vitro de remodelage osseux, imitant des aspects clés de l’environnement cellulaire osseux, sont également développés, à partir de céramiques de phosphate de calcium optimisées pour l’ostéogenèse

Erwin DEHOUCK, planétologue (et oui ça existe !), maître de conférences au Laboratoire de Géologie de Lyon, Université Claude Bernard Lyon 1 dont les travaux portent principalement sur la planète Mars, a présenté un exposé “Hommes ou robots : qui pour explorer Mars ?”
Erwin est spécialiste de la composition chimique et minéralogique de la surface de la planète Mars, qu’il étudie à l’aide des observations des sondes spatiales mais aussi en laboratoire, par l’intermédiaire d’expériences reproduisant l’atmosphère ancienne de Mars. Depuis 2013, il est membre de l’équipe scientifique du rover Curiosity, dont il analyse les données – en particulier celles de la caméra chimique franco-américaine ChemCam – afin de reconstituer l’évolution climatique et l’habitabilité passée de la Planète Rouge.

OUF ! C’était dense mais comme vous pourrez le constater, cette conférence se suit très facilement et est tout simplement passionnante (au point que nous avons “légèrement” dépassé le chrono)

Alors, voulez-vous voyager jusqu’à Mars ? Sûr ?

Atelier : Mirages dans l’univers

Derrière ce titre énigmatique se cache une vérité assez perturbante :

Contrairement aux idées reçues, la lumière ne voyage pas forcément en ligne droite !
Les galaxies et les astres déforment la trajectoire de la lumière et les images qui nous parviennent. Pour comprendre ce phénomène, appelé « mirage gravitationnel », plusieurs expériences autour de la propagation des rayons lumineux seront proposés : nous verrons ce qu’on appelle « mirage sur Terre », nous regarderons les effets sur des images de galaxies, nous imaginerons ce qui se produirait si un tel phénomène céleste apparaissait au milieu de la pièce, et comment nous nous verrions en passant derrière une lentille gravitationnelle. Enfin nous reproduirons avec des objets du quotidien ce phénomène, un des plus mystérieux de l’astrophysique moderne.

Tout cela vous semble encore assez obscur ? (Eh oui, j’ai osé la blague carambar)

Alors venez écouter Johan Richard, astronome-adjoint au CRAL, Observatoire de Lyon, il vous expliquera tout.

Mardi 13 février de 12h30 à 14h, Hall de la BU Sciences

Le concours, le concours, le concours !!!

Enfin !!

Depuis le temps que les étudiants de Lyon 1 me faisaient la tête, ça y est ! Vous allez pouvoir gagner le cosplay d’un personnage masculin. Et pas n’importe lequel : Harlock en personne !

Cela ne vous dit rien ? Ah, milles excuses :

Albator.

Là c’est mieux non ?

 

Évidemment , 

vous connaissez mieux cette version-là, disponible à Quartier libre

 

 

 

que celle-ci, tout aussi disponible à Quartier libre, mais là je parle de la version manga, pas de l’anime; et non, je ne vous donnerai pas mon âge, bien que l’image parle d’elle-même.

 

En attendant, le cosplay est sublime, admirez plutôt.

Comme votre sagacité vous a permis de le remarquer, Albator a enlevé ses chaussures à la BU (comme bon nombre de nos lecteurs :-)) .

(Et oui je sais la perruque n’est pas aussi “dans le vent” que la tignasse d’Albator mais elle a le mérite d’exister)

Pour la cicatrice, sur un mannequin en laqué noir, c’était difficile, donc vous devrez la dessiner vous-même.

 

Si vous le voulez, il vous faudra répondre à cette simple question :

Vous devez partir sur Mars pour 3 ans et, outre le minimum vital, on vous autorise à apporter un seul objet personnel dont vous ne sauriez-vous passer.
Dites-nous de quoi il s’agit et pourquoi.

Il ne reste plus qu’à remplir le bulletin disponible à côté de l’exposition à la BU Sciences et à glisser dans l’urne votre brillante réponse (il ne saurait en être autrement puisque vous êtes un étudiant de Lyon 1).

Les résultats seront donnés en avril (après la fin de l’exposition), vous avez donc tout votre temps pour réfléchir !

Règlement du concours consultable ci-dessous :

Règlement jeu concours FSM 2018

Mini-concert : La musique des sphères le 6 février à Quartier libre

Nous avons pour habitude de commencer par des “festivités”. Normal pour un festival. Cette fois-ci, je suis particulièrement heureuse de vous présenter cette performance musicale car elle est doublement heureuse :

Elle nous permet d’écouter des musiciens talentueux et de découvrir (en  tout cas pour moi) une oeuvre très particulière : Les planètes de Holst. Chaque planète (jusqu’à Neptune, forcément car l’oeuvre date du début du XXème) possède son propre mouvement : on ne peut que goûter l’à-propos du vocabulaire musical dans ce cas précis :-). Je ne sais pas quelles planètes seront au menu et c’est tant mieux, mais je pense que le marimba et le violoncelle seront parfaitement à leur place dans Quartier libre.

Alors rendez-vous le 6 février à 18h30.

Rika

Demandez le programme : La tête dans les étoiles

OUF !

 

Avec un tel titre nous avons bien failli oublier de vous donner le programme, ce serai pourtant dommage car il est cosmique (eh oui préparez-vous, j’ai un tas de jeux de mots navrants à côté de l’ordinateur pour ce festival)

 

Tout d’abord notre exposition

« La tête dans les étoiles »

De la lunette de l’astronome aux spectrographes qui équiperont les télescopes et satellites du futur, l’exposition vous embarque dans un fabuleux voyage au-delà du visible. En compagnie de Galilée, Copernic et Albator vous serez emporté dans l’odyssée du cosmos.

Du 6 février au 15 avril, Galerie BU – BU Sciences

Paradoxalement, une partie non négligeable de cette expo va vous obliger à regarder par terre, mais je n’en dis pas plus.

Pour inaugurer ce festival, il fallait bien vous élever vers le firmament, c’est pourquoi nous vous proposons un “mini-concert” à Quartier libre, histoire de vous mettre en condition 🙂

Performance musicale « La musique des sphères » 

Depuis la plus haute Antiquité le mystère du son des planètes fascine les hommes. Cette musica universalis inspira à Gustav Holst son poème symphonique, Les Planètes. Aujourd’hui encore on aspire à comprendre l’harmonie du monde, à entendre la musique des astres laissez-vous transporter et découvrez l’infini de ces possibilités grâce à l’alliage contrastant du son percussif du marimba et du son lyrique des cordes.
Arrangement de Bach, Steve Reich et les planètes de Holst pour marimba et violoncelle

 Mardi 6 février à 18h30, Quartier libre, BU Sciences

 

 

 

Mais nous n’en restons pas là. Une conférence-débat passionnante vous attend

Conférence-débat « L’homme est-il fait pour l’espace ? »

Poser le pied sur Mars en 2030 est l’objectif des agences spatiales internationales mais comment préparer les astronautes à une mission de 3 ans dans un milieu hostile ? L’homme peut-il s’adapter physiquement et psychologiquement à des explorations de longue durée ? Quel est le rôle des missions robotisées dans la préparation des vols habités ? Est-il vraiment envisageable qu’un jour les humains partent définitivement coloniser d’autres mondes ? Trois spécialistes apporteront des réponses à ces nombreuses interrogations :

Le Docteur Bernard Comet chargé du suivi médical des astronautes au MEDES (Institut de médecine et de physiologies Spatiales à Toulouse).

Laurence Vico, Directrice du laboratoire SAINBIOSE associé aux recherches menées durant le vol de Thomas Pesquet.

Erwin Dehouck, Maître de conférences au Laboratoire de Géologie de Lyon, Université Claude Bernard Lyon1, spécialiste de la composition chimique et minéralogique de la surface de la planète Mars,

Jeudi 8 février de 12h15 à 13h45, Salle de conférences, BU Sciences

Vous en voulez encore ? Pas de problème, nous avons tout prévu :

Un atelier pour les grands :

« Mirages dans l’univers » animé par Johan Richard astronome-adjoint au CRAL, Observatoire de Lyon.

Contrairement aux idées reçues, la lumière ne voyage pas forcément en ligne droite !

Les galaxies et les astres déforment la trajectoire de la lumière et les images qui nous parviennent. Pour comprendre ce phénomène, appelé « mirage gravitationnel », plusieurs expériences autour de la propagation des rayons lumineux seront proposés : nous verrons ce qu’on appelle « mirage sur Terre », nous regarderons les effets sur des images de galaxies, nous imaginerons ce qui se produirait si un tel phénomène céleste apparaissait au milieu de la pièce, et comment nous nous verrions en passant derrière une lentille gravitationnelle. Enfin nous reproduirons avec des objets du quotidien ce phénomène, un des plus mystérieux de l’astrophysique moderne.

Mardi 13 février de 12h30 à 14h, Hall de la BU Sciences Lyon 1

Et un pour les petits !

 

« A la découverte du système solaire » (à partir de 8 ans) animé par Joanne Chauveau chargée de médiation scientifique à l’Observatoire de Lyon

Les planètes de notre Système solaire, vous les connaissez peut-être déjà, mais savez-vous tous leurs secrets ainsi que ceux du Soleil ?
Peut-on vivre sur Vénus ? Pourquoi Pluton n’est plus une planète ? Quelle serait la dimension de la Terre si le Soleil avait la taille d’un ballon de baudruche ?
Venez jouer avec les planètes, les positionner les unes par rapport aux autres et faire des expériences sur les distances dans l’Univers

Jeudi 15 février de 12h30 à 14h, Quartier Libre, BU Sciences

On pourrait en rester là, mais ce n’est pas notre genre ! Une petite (enfin pas si petite) surprise de dernière minute s’invite au festival

« EUCLID un satellite européen pour une nouvelle dimension dans la cosmologie observationnelle. », présenté par Daniel Guinet, Professeur à l’Université Claude Bernard Groupe Matière Nucléaire, Institut de Physique Nucléaire de Lyon.

 En 2020, le satellite européen Euclid quittera la Terre pour une mission hors-norme : cartographier tout un pan de l’Univers, afin de comprendre pourquoi l’expansion de l’Univers s’accélère. La mission d’Euclid sera de caractériser la nature de l’énergie sombre, une forme d’énergie de nature encore inconnue, dont les physiciens pensent qu’elle est à l’origine de l’accélération de l’expansion de l’Univers.

Jeudi 1er mars de 12h30 à 14h, Hall de la BU Sciences Lyon 1

 

Et pour clore en beauté, un film absolument génial (non là je n’exagère pas)

Projection :  « Your name »

Mitsuha vit dans un village japonais et rêve de partir à Tokyo tandis que Taki, un jeune lycéen de son âge habite la capitale. Sans jamais s’être rencontrés, à travers leurs rêves ils vont échanger leurs vies. Quel est le mystère de cette relation étrange entre les deux adolescents si différents et quel est le rôle de la comète qui doit passer au-dessus du Japon ?

Un merveilleux film de Makoto Shinkai (2016), plus gros succès japonais de tous les temps.

 

Jeudi 8 mars à 18h30 Salle de conférences, BU Sciences

Bon, et bien maintenant, il faut la monter cette expo, alors à bientôt !

Rika

Edition 2018 : La tête dans les étoiles

Bonjour,

Enfin j’ai fait fini d’hiberner (oui on est en janvier mais ce n’est pas grave, c’est en hiver que les Rikas se réveillent) !

Cette année le festival vous en met plein la vue. Au programme, l’espace, rien de moins ! La BU vous propose d’avoir la tête dans les étoiles avec une exposition dans la galerie BU et la tête dans les mangas avec toutes les séries (anime ou papier) que nous avons achetées pour Quartier livre sur le sujet.

Nous avons prévu des ateliers (dont un pour les enfants pendant les vacances d’hiver, mais les grands peuvent venir aussi) 

 

une conférence-débat, un concert “cosmique” et une projection que je n’hésite pas à qualifier de somptueuse, sans oublier notre traditionnel concours. Cette fois-ci, les étudiants ne pourront pas râler qu’il n’y a que des cosplays de filles à gagner puisque nous avons déniché pour l’exposition le costume du personnage masculin le plus charismatique de l’histoire du manga (j’en fait des tonnes, euh, oui, mais il faut avouer qu’il est craquant).

Je papote, je papote mais je ne vous ai pas encore montré mes nouveaux atours alors que, franchement, là j’ai fait fort !

Je suis toute choupi, non ? Si vous voulez mon badge, il va falloir venir à l’un de nos évènements. Le programme en détails dans un prochain post …


A voir : tous nos films du festival !

Eh oui, on peut voir et revoir certains évènements du festival.

Comme par exemple, la danse de Baxter pour la Saint Valentin. Et sur du Bach !

Si vous préférez un registre plus “informatif”, la conférence-débat est pour vous !

La place du robot dans notre environnement de travail, voilà un thème qui devrait vous inspirer :

et pour finir, CPE Lyon vous entraîne dans le monde de la compétition robotique

 

Avec en prime une présentation de l’incontournable Baxter

 

A bientôt

Rika

Rika cyborg