A voir : Vandread

© by GONZO / AB Video

© by GONZO / AB Video

La guerre des sexes vous connaissez ? Et bien vous n’avez encore rien vu !

Dans cet anime, cela fait cent ans qu’homme et femmes vivent sur des planètes séparées et se font la guerre. Ils en ont même oublié qu’ils vivaient ensembles avant.

Hibiki, un jeune homme un peu mal dans sa peau et qui veut trouver sa place dans le monde se retrouve passager clandestin dans le dernier vaisseau de guerre des Hommes. C’est à ce moment-là qu’ils sont attaqués par des femmes pirates. Beaucoup d’hommes parviennent à s’enfuir mais d’autres sont capturés et évacués par les navettes de sauvetage. Hibiki, lui, se retrouve coincé à bord, poursuivi par une jeune fille dynamique du nom de Dita qui le prend pour un extraterrestre.

Alors que les autorités masculines décident de détruire le vaisseau en y envoyant un missile, le mysterieux cristal qui sert de source d’énergie au vaisseau réagit et téléporte tout le monde loin de l’explosion. Hibiki, Dita et deux autres femmes se font engloutir par lui alors que les deux vaisseaux, celui des hommes et celui des femmes se retrouvent fusionné et loin, très loin de leurs planètes.

Lorsqu’ils se réveillent, Hibiki, Dita, Meia et Jura sont différent. Ils ne savent pas encore comment mais cela va les aider à vaincre un nouvel ennemi, celui des Hommes et des les Femmes.

C’est un animé étrange, un peu bizarre mais dont les personnages sont si attachants qu’on leur pardonne tout. Chacun recherche sa place dans le monde, à travers le combat, à travers les rencontres et aussi à travers une quête personnelle d’individualité.

A Lire : A.I. non-stop

© 1999 Ken Akamatsu / KODANSHA Ltd.

© 1999 Ken Akamatsu / KODANSHA Ltd.

Que feriez-vous si vous pouviez programmer la/le petit(e) ami(e) parfait(e) ?

Hitoshi est un peu l’archétype du loser : ce n’est pas un type très populaire, ni très intelligent et il a du mal à parler aux filles. Celle dont il est amoureux est la starlette du lycée et ne lui parle que pour se f… de lui.

Le seul point fort d’Hitoshi, c’est l’informatique, c’est un crack de la programmation au point qu’il se programme la petite amie parfaite, Satie Nanba.

Un soir d’orage, après que Satie a avoué à Hitoshi que, si elle était réelle, elle voudrait bien être sa petite amie, l’impossible se produit. Un éclair frappe la maison et Satie parvient à se matérialiser dans la réalité.

Hitoshi le nul a donc finalement une petite amie merveilleuse. Mais comprendre le monde réel n’est pas quelque chose de facile pour une intelligence artificielle. Heureusement, Satie a à sa disposition de nombreux programmes qui lui permettent de résoudre les problèmes.

Bien avant Love Hina et Negima, Ken AKAMATSU nous offre une histoire drôle et touchante, pleine de quiproquos hallucinants et de renversements de situations. C’est l’histoire d’une intelligence artificielle qui voulait désespérément être humaine. Une fois de plus quand il est question de robots, le mythe de Pinocchio est revisité et actualisé. Le petit garçon de bois devient une jeune fille de données mais la volonté reste la même.

A Lire : Chobits

Chobits © Clamp / Kodansha Ltd.

Chobits © Clamp / Kodansha Ltd.

Chobits est un seinen (et oui, malgré le dessin tout kawai) créé par le collectif CLAMP, connu pour d’autres chef d’œuvres comme Sakura chasseuse de cartes, Tokyo Babylone, X et plus récemment Tsubasa Reservoire Chronicle et XXX Holic.

« Dans un monde où les robots humanoïdes sont devenus les compagnons d’une bonne partie de la population, Hideki Motosuwa, jeune étudiant de 19 ans sans le sou, passe devant les vitrines des magasins proposant les nouveaux modèles d’ordinateurs avec envie. Sa vie bascule le soir où, rentrant chez lui, il trouve une jeune fille aux longs cheveux blonds affalée dans un tas d’ordures. D’abord paniqué, Hideki s’aperçoit rapidement qu’il vient de trouver non pas un cadavre (ouf !), mais un robot abandonné. Lui qui en rêvait ne se pose pas de questions : il le ramène chez lui. Ce sera le début d’une relation hors normes et d’un apprentissage bien curieux pour la petite Tchii… »

Parfois « tranche de vie », parfois thriller et parfois aussi un peu fantastique, Chobits raconte l’histoire d’amour hors norme entre un humain et un robot. Il raconte aussi comment l’homme se coupe de l’homme en se tournant vers la machine…

A Lire : Dragon Ball Z

TV Anime series DRAGON BALL Z Saiya-Jin Hen © 1989 by BIRD STUDIO/SHUEISHA, TOEI ANIMATION

TV Anime series DRAGON BALL Z Saiya-Jin Hen © 1989 by BIRD STUDIO/SHUEISHA, TOEI ANIMATION

De nos jours, tout le monde connait Dragon Ball Z. On ne présente plus Sangoku, le garçon à la queue de singe, son fils Sangohan, Bulma, l’inventrice aux cheveux bleus, le vénérable Tortue Génial, Krilin, Yamcha, Tenshinhan, Végéta, Chi Chi et tous les personnages sortis de l’esprit d’Akira TORIYAMA.

Dans ce monde étrange et futuriste, les robots sont légion. Mais quant à parler de ceux qui participent à la trames de l’histoire, c’est assez facile.

Dans les premiers tomes de la série (alors qu’elle ne portait encore que le nom de Dragon ball), Sangoku, Bulma, Krilin et les autres sont confrontés à l’armée du Ruban Rouge, une organisation militaire puissante dont le chef, le Général Red, est à la recherche des précieuses Dragon Ball pour qu’une fois rassemblé, le dragon  exauce son vœu…avoir une taille normale.

Outre le caractère un peu ridicule du groupe, il sera à l’origine de nombreux cyborgs (dont la plupart sont complètements mécaniques) dont 4 sont la base de l’un des arcs narratifs de Dragon Ball Z, la suite plus sérieuse et mature de Dragon Ball. Les connaisseurs se rappelleront sans doute du grand C-16, le robot amoureux de la nature, de C-17 et C-18, les jumeaux robotiques terribles qui sont une menace pour le futur de la Terre et bien sûr de Cell, le cyborg biologique qui acquiert de la puissance en absorbant les autres…

Dans Dragon Ball Z, les robots font partie, avec les Aliens et les démons des principaux antagonistes…ça n’empêche pas certains de changer de camps…