Demandez le programme : La tête dans les étoiles

OUF !

 

Avec un tel titre nous avons bien failli oublier de vous donner le programme, ce serai pourtant dommage car il est cosmique (eh oui préparez-vous, j’ai un tas de jeux de mots navrants à côté de l’ordinateur pour ce festival)

 

Tout d’abord notre exposition

« La tête dans les étoiles »

De la lunette de l’astronome aux spectrographes qui équiperont les télescopes et satellites du futur, l’exposition vous embarque dans un fabuleux voyage au-delà du visible. En compagnie de Galilée, Copernic et Albator vous serez emporté dans l’odyssée du cosmos.

Du 6 février au 15 avril, Galerie BU – BU Sciences

Paradoxalement, une partie non négligeable de cette expo va vous obliger à regarder par terre, mais je n’en dis pas plus.

Pour inaugurer ce festival, il fallait bien vous élever vers le firmament, c’est pourquoi nous vous proposons un “mini-concert” à Quartier libre, histoire de vous mettre en condition 🙂

Performance musicale « La musique des sphères » 

Depuis la plus haute Antiquité le mystère du son des planètes fascine les hommes. Cette musica universalis inspira à Gustav Holst son poème symphonique, Les Planètes. Aujourd’hui encore on aspire à comprendre l’harmonie du monde, à entendre la musique des astres laissez-vous transporter et découvrez l’infini de ces possibilités grâce à l’alliage contrastant du son percussif du marimba et du son lyrique des cordes.
Arrangement de Bach, Steve Reich et les planètes de Holst pour marimba et violoncelle

 Mardi 6 février à 18h30, Quartier libre, BU Sciences

 

 

 

Mais nous n’en restons pas là. Une conférence-débat passionnante vous attend

Conférence-débat « L’homme est-il fait pour l’espace ? »

Poser le pied sur Mars en 2030 est l’objectif des agences spatiales internationales mais comment préparer les astronautes à une mission de 3 ans dans un milieu hostile ? L’homme peut-il s’adapter physiquement et psychologiquement à des explorations de longue durée ? Quel est le rôle des missions robotisées dans la préparation des vols habités ? Est-il vraiment envisageable qu’un jour les humains partent définitivement coloniser d’autres mondes ? Trois spécialistes apporteront des réponses à ces nombreuses interrogations :

Le Docteur Bernard Comet chargé du suivi médical des astronautes au MEDES (Institut de médecine et de physiologies Spatiales à Toulouse).

Laurence Vico, Directrice du laboratoire SAINBIOSE associé aux recherches menées durant le vol de Thomas Pesquet.

Erwin Dehouck, Maître de conférences au Laboratoire de Géologie de Lyon, Université Claude Bernard Lyon1, spécialiste de la composition chimique et minéralogique de la surface de la planète Mars,

Jeudi 8 février de 12h15 à 13h45, Salle de conférences, BU Sciences

Vous en voulez encore ? Pas de problème, nous avons tout prévu :

Un atelier pour les grands :

« Mirages dans l’univers » animé par Johan Richard astronome-adjoint au CRAL, Observatoire de Lyon.

Contrairement aux idées reçues, la lumière ne voyage pas forcément en ligne droite !

Les galaxies et les astres déforment la trajectoire de la lumière et les images qui nous parviennent. Pour comprendre ce phénomène, appelé « mirage gravitationnel », plusieurs expériences autour de la propagation des rayons lumineux seront proposés : nous verrons ce qu’on appelle « mirage sur Terre », nous regarderons les effets sur des images de galaxies, nous imaginerons ce qui se produirait si un tel phénomène céleste apparaissait au milieu de la pièce, et comment nous nous verrions en passant derrière une lentille gravitationnelle. Enfin nous reproduirons avec des objets du quotidien ce phénomène, un des plus mystérieux de l’astrophysique moderne.

Mardi 13 février de 12h30 à 14h, Hall de la BU Sciences Lyon 1

Et un pour les petits !

 

« A la découverte du système solaire » (à partir de 8 ans) animé par Joanne Chauveau chargée de médiation scientifique à l’Observatoire de Lyon

Les planètes de notre Système solaire, vous les connaissez peut-être déjà, mais savez-vous tous leurs secrets ainsi que ceux du Soleil ?
Peut-on vivre sur Vénus ? Pourquoi Pluton n’est plus une planète ? Quelle serait la dimension de la Terre si le Soleil avait la taille d’un ballon de baudruche ?
Venez jouer avec les planètes, les positionner les unes par rapport aux autres et faire des expériences sur les distances dans l’Univers

Jeudi 15 février de 12h30 à 14h, Quartier Libre, BU Sciences

On pourrait en rester là, mais ce n’est pas notre genre ! Une petite (enfin pas si petite) surprise de dernière minute s’invite au festival

« EUCLID un satellite européen pour une nouvelle dimension dans la cosmologie observationnelle. », présenté par Daniel Guinet, Professeur à l’Université Claude Bernard Groupe Matière Nucléaire, Institut de Physique Nucléaire de Lyon.

 En 2020, le satellite européen Euclid quittera la Terre pour une mission hors-norme : cartographier tout un pan de l’Univers, afin de comprendre pourquoi l’expansion de l’Univers s’accélère. La mission d’Euclid sera de caractériser la nature de l’énergie sombre, une forme d’énergie de nature encore inconnue, dont les physiciens pensent qu’elle est à l’origine de l’accélération de l’expansion de l’Univers.

Jeudi 1er mars de 12h30 à 14h, Hall de la BU Sciences Lyon 1

 

Et pour clore en beauté, un film absolument génial (non là je n’exagère pas)

Projection :  « Your name »

Mitsuha vit dans un village japonais et rêve de partir à Tokyo tandis que Taki, un jeune lycéen de son âge habite la capitale. Sans jamais s’être rencontrés, à travers leurs rêves ils vont échanger leurs vies. Quel est le mystère de cette relation étrange entre les deux adolescents si différents et quel est le rôle de la comète qui doit passer au-dessus du Japon ?

Un merveilleux film de Makoto Shinkai (2016), plus gros succès japonais de tous les temps.

 

Jeudi 8 mars à 18h30 Salle de conférences, BU Sciences

Bon, et bien maintenant, il faut la monter cette expo, alors à bientôt !

Rika

Edition 2018 : La tête dans les étoiles

Bonjour,

Enfin j’ai fait fini d’hiberner (oui on est en janvier mais ce n’est pas grave, c’est en hiver que les Rikas se réveillent) !

Cette année le festival vous en met plein la vue. Au programme, l’espace, rien de moins ! La BU vous propose d’avoir la tête dans les étoiles avec une exposition dans la galerie BU et la tête dans les mangas avec toutes les séries (anime ou papier) que nous avons achetées pour Quartier livre sur le sujet.

Nous avons prévu des ateliers (dont un pour les enfants pendant les vacances d’hiver, mais les grands peuvent venir aussi) 

 

une conférence-débat, un concert “cosmique” et une projection que je n’hésite pas à qualifier de somptueuse, sans oublier notre traditionnel concours. Cette fois-ci, les étudiants ne pourront pas râler qu’il n’y a que des cosplays de filles à gagner puisque nous avons déniché pour l’exposition le costume du personnage masculin le plus charismatique de l’histoire du manga (j’en fait des tonnes, euh, oui, mais il faut avouer qu’il est craquant).

Je papote, je papote mais je ne vous ai pas encore montré mes nouveaux atours alors que, franchement, là j’ai fait fort !

Je suis toute choupi, non ? Si vous voulez mon badge, il va falloir venir à l’un de nos évènements. Le programme en détails dans un prochain post …


A voir : tous nos films du festival !

Eh oui, on peut voir et revoir certains évènements du festival.

Comme par exemple, la danse de Baxter pour la Saint Valentin. Et sur du Bach !

Si vous préférez un registre plus “informatif”, la conférence-débat est pour vous !

La place du robot dans notre environnement de travail, voilà un thème qui devrait vous inspirer :

et pour finir, CPE Lyon vous entraîne dans le monde de la compétition robotique

 

Avec en prime une présentation de l’incontournable Baxter

 

A bientôt

Rika

Rika cyborg

Les résultats du concours !

Vous n’en pouvez plus d’attendre ? Qui part avec les deux costumes et un sac Rika ?

Et bien on peut dire que cette année, ce concours nous a donné du travail ! Deux cents participations ! Et en plus, beaucoup étaient vraiment originales !

A côté des réponses sur les livres que nous attendions (bien que je n’aurais jamais pensé que le rangement des livres vous intéresse tant : une façon d’attendrir la bibliothécaire peut-être ?), nous avons eu quelques morceaux de bravoure. Je me tiens encore les côtes (non, pas celles des livres !) de la proposition sur les pigeons : Rouroubocop, l’exterminateur de volatiles.

Les origamis, les dessins ; je ne sais pas comment prendre celui de la bibliothécaire en chignon et lunettes, non,  nous ne nous habillons pas comme cela ! Mais d’accord, je passe mon temps à faire Chuut dans les étages !

 

 

 

 

Que dire aussi des toilettes mobiles ou encore des robots-café !

Il fallait un gagnant, il y en donc un mais vos propositions étaient si drôles et originales que nous allons offrir des trousses Rika à plusieurs d’entre vous car vous le valez bien !

A lire : Orbitaria

© OOI Masakazu / Shônen Gahôsha

Encore un titre que je ne connais pas ! Décidément, j’ai du retard dans mes lectures !

Ce manga se termine en 4 volumes mais apparemment, la fin a été un peu précipitée. Le dessin est prometteur mais 4 tomes pour une telle histoire, c’est un peu court, comme dirait Cyrano.

Voilà l’histoire :

Al, fan de mécanique, et ses amis sont internes dans un collège a priori tout ce qu’il y a de plus normal. Mais le jour de leur fin d’études, à peine sortis de l’établissement, ils vont faire face à la “vraie vie” et subir un processus de “sociabilisation” au terme duquel ils seront séparés en deux classes : les administrateurs et les travailleurs. Ils réalisent alors que l’enceinte dans laquelle ils étaient confinée n’était en fait qu’une infime partie d’un gigantesque robot, un “orbitaria”.

Peu à peu, ils comprennent que ce robot forme un État à lui tout seul, jadis mouvant mais aujourd’hui immobilisé. En se rebellant contre le destin qu’on lui a tracé, Al va vivre les aventures les plus périlleuses ! (manganews)

A vous de voir !

A lire : Ex-Arm

EX-ARM © 2015 by HiRock, Shin-ya Komi/SHUEISHA Inc.

Voici encore une série sur les robots. Pour tout vous avouer, je ne l’ai pas lue, à peine survolée. Assez pour vous dire que le dessin est génial mais que ce n’est pas à mettre entre toutes les mains, loin de là ! Manganews indique + de 14 ans. Mouais, passons !

“Année 2030, sur le port de Tokyo. Un groupe doté de l’« Ex-Arm » n°08, attaque la policière Minami Uezono et sa co-équipière androïde Alma, alors infiltrées dans la transaction de l’« Ex-Arm », arme inconnue. Jouant le tout pour le tout, nos deux compères vont-elles réussir à initialiser l’« Ex-Arm » n°00 qu’elles ont dérobé à leurs assaillants ?!” (manganews)

A noter qu’il s’agit d’un reboot de Ex Vita que nous ne possédons pas à Quartier Libre.

 

 

Je profite de ce post pour remercier mes stagiaires passés (et oui je suis une chibi et j’ai des stagiaires !) pour le travail qu’ils font chaque année afin que le festival puisse avoir lieu.

Comme le père Noël, j’ai des petits lutins. Merci donc spécialement en 2017 à Etienne !

A lire : Toys of War

Toys of War - couverture

© by OSHIMA Hiroyuki /

Ah non, comme le dit le titre, Toys of War est loin d’être Toy Story…en fait c’est plutôt un mélange avec Terminator. Ici les jouets bougent et parlent tout seuls mais c’est seulement parce que les humains les ont rendus tellement intelligents qu’ils ont décidés de dominer le monde et de faire des humains leurs esclaves

« Dans un futur proche, les jouets ont été dotées d’une intelligence artificielle. Mais les choses ne se passent pas comme prévu… Les jouets se révoltent. La guerre entre les humains et les jouets s’engage… Quelques années plus tard, les jouets ont gagné la partie. Ils ne gardent les enfants humains que pour “élever” les jouets fraîchement sortis des chaines de montage. Car la guerre n’est pas finie… Les jouets se combattent entre anciennes marques. Le combat est permanent. La quête s’annonce pleine de sueur, de larmes et de sang… » (manga news)

Pas très joyeux…mais cela montre finalement que les jouets sont devenus tellement humains qu’ils font exactement comme nous : dominer, détruire et tuer…

Petite particularité de ce manga : il est écrit par des auteurs Japonais…en France. Et oui, Hiroyuki Ôshima et Gôtsuo Hage, traumatisés par les éditeurs japonais ont décidé de venir travailler ici, en France et pour la France.

Dernière minute : le projet était beau mais il a été abandonné au premier tome, dommage …  et nouveau grincement de dents pour moi ! A noter que Gôtsuo Hage est en fait … français ! (et oui c’est un pseudo)

A Lire : Appleseed

Appleseed (manga) - couverture

Apple Seed © 1989 by Masamune Shirow / Seishinsha Co, Ltd.

Un classique des mangas de robots, Appleseed de Masamune SHIROW est une institution dans le monde du manga au même titre que Ghost in the Shell, autre chef d’œuvre du même auteur.

« La Troisième Guerre mondiale (2099-2126) a ravagé une partie de la Terre, bien que l’arme nucléaire n’ait pas été employée. Les nations se reforment, tandis que des groupes épars d’humains survivent dans des villes en ruine.

En l’an 2080, des scientifiques de la planète entière fondent une cité artificielle dans l’océan Atlantique répondant au nom d’Olympus. Cette cité utopique est destinée à accueillir le fruit de leurs recherches : des humains génétiquement modifiés appelés Bioroïdes dont la première génération naît en 2083 ; c’est le projet Appleseed qui vise à promouvoir la paix dans le monde. Très rapidement, Olympus prospère sur tous les plans et entame des actions de grande envergure pour fédérer les nations du globe, afin de mettre fin aux divers conflits.

L’histoire commence en 2127. Deunan Knut et Briareos « Bri » Hecatonchires (devenu cyborg après un grave accident sur le front Nord-Africain) sont deux ex-commandos de L.A. (Los Angeles) S.W.A.T qui ont décidé de s’installer dans une ville dévastée.

Deunan et Bri sont repérés par les services d’Olympus (dont ils ignorent tout) et sont amenés à la ville, où ils essaient de s’insérer socialement comme les autres rescapés de la guerre. Ils entrent dans la police, et sont promus dans la prestigieuse ES.W.A.T., une branche spéciale du S.W.A.T sous le contrôle direct d’Olympus qui utilise des véhicules de type unités mécanisées ou mecha (les Landmates) pour faire face notamment au terrorisme.

Mais tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes. Certains humains se sentent oppressés par cette société hautement surveillée et veulent « libérer » leurs congénères par des actes de terrorisme. Par ailleurs, l’ordinateur gérant la cité (Gaïa), interrogé sur une manière de résoudre les tensions humains / bioroïdes, décide que ces derniers sont une « erreur dans l’équation » et prend les commandes des plateformes de combat chargées de protéger Olympus contre toutes menaces.

Appleseed, le « pépin de pomme » (modifié génétiquement lui aussi, car il est sphérique), est à la fois le symbole de l’espoir, de la renaissance, mais aussi le grain de sable dans l’engrenage infernal. »

Ça dit tout non ?

A voir : Appleseed Ex Machina

© by Toei Company / Warner Home Video

© by Toei Company / Warner Home Video

Suite du premier opus, toujours le même auteur, toujours le même réalisateur et toujours les mêmes personnages…ah non ! On note l’apparition d’un petit nouveau : Tereus, un bioroïde créée à partir de l’ADN de Briareos. Deunan est donc prise entre deux feux, entre son bien aimé Briareos pratiquement invisible sous son armure et Tereus dont le visage est celui qu’elle avait appris à aimer. S’il n’y avait pas autant de coups de feu, de robots déjantés et de terroristes fanatiques on se croirait dans un shojo…

Mais ce n’est (heureusement) pas le cas. En effet Deunan et Briareos, toujours membres de l’ES.W.A.T. et accompagnés de Tereus, vont devoir affronter une mystérieuses guilde de scientifiques tentant d’imposer leur propre vision de la paix mondiale à travers la population.

Sur manga news ils disent : « Le terrorisme cyborg, la nanotechnologie meurtrière, le fanatisme et les émeutes des citoyens sont quelques-unes des menaces que doit contenir Deunan pour sauver Olympus, et éviter à l’humanité de plonger dans une nouvelle version de l ’enfer. »

Pas cool…mais bon film.

A lire : Astro Boy – La légende du chevalier Azur

AOKISHI TETSUWAN ATOM © 2009 by Akira Himekawa / TEZUKA PRODUCTIONS

AOKISHI TETSUWAN ATOM © 2009 by Akira Himekawa / TEZUKA PRODUCTIONS

Créé pour fêter les 50 ans d’Astro, ce manga est un hommage à Osamu Tezuka et à ses personnages.

Outre le jeune Astro (le nom n’a pas été traduit, il reprend donc son nom japonais, Atom), le manga reprend un personnage peu vu dans l’univers d’Astro boy, celui du Chevalier Azur, robot vêtu d’une armure bleue qui se bat contre les humains pour que les robots deviennent indépendants et fondent leur propre ville : Robotania.

« Dans le futur, la robotique va considérablement aider les humains à se défaire des tâches les plus fastidieuses. Mais plus la technologie évolue, et plus les robots prennent eux-mêmes conscience de leur condition. Il ne faut alors qu’un pas pour qu’ils se révoltent contre leurs créateurs. Ce pas est franchi quand les humains, effrayé par cette prise de conscience des machines, décident d’anéantir les robots trop intelligents et proches des humains. Une guerre éclate alors. Mais au milieu, il y a Tobio, un jeune garçon qui est dépité par la situation… Jusqu’au jour où il découvre qu’il est lui-même un robot… »

Et toujours les mêmes interrogations : qu’est-ce que c’est être « humain » ? Les robots peuvent-ils ressentir nos sentiments ?